16 mars 2021

Comment je me suis débarrassée de mon acné hormonale

Aujourd'hui, point de recette, mais je vais vous parler d'un sujet qui empoisonne la vie de beaucoup de gens, l'acné hormonale. Ça fait 20 ans que j'essaie de m'en débarrasser, et il semblerait que j'aie enfin trouvé la solution, alors je me suis dit que la méthode pouvait servir à d'autres personnes.

Si vous n'avez pas eu le plaisir d'expérimenter la chose, l'acné inflammatoire c'est des gros boutons rouges et douloureux, qui commencent par une boule sous la peau puis terminent par un affreux bouton au centre blanc (et le blanc en question, on le rappelle, c'est du pus).

Je précise que je n'ai pas du tout eu d'acné à l'adolescence, le problème n'est apparu (comme souvent pour ce type d'acné au long cours) que vers 20 ans, et que j'ai une peau très sèche et réactive. Une peau très claire et qui marque très facilement aussi, donc un bouton d'acné = une tache rouge qui peut rester des mois avant de s'effacer.

J'ai commencé mon chemin de croix par des traitements dermato externes type crèmes de soin qui ne servaient à rien à part à ne pas hydrater assez ma peau sèche et à flinguer mes vêtements en les décolorant.

Je suis ensuite passée à un traitement hormonal, la tristement célèbre Diane 35, pilule contraceptive ultra efficace contre l'acné mais avec des effets secondaires potentiellement graves (hausse du cholestérol, risques cardiaques, phlébites, embolies, un vrai bonheur...), que j'ai donc arrêté, avec un super effet rebond derrière, et une acné plus en forme que jamais.

On m'a ensuite prescrit une pilule contraceptive dite de 4e génération, qui m'a changé la vie, plus d'acné, et aucun effet secondaire, au contraire (règles régulières et sans douleurs, pas de prise de poids...). Puis est venue la polémique sur cette génération de pilules et leur risque un peu accru de provoquer un accident thromboembolique, et ma gynéco m'a prescrit une autre pilule de 2e ou 3e génération, je ne sais plus. L'acné est revenue illico, donc j'ai demandé à repasser à la 4e génération.

Plusieurs années ont passé avec une belle peau, source pour moi de bonheur permanent, et puis j'ai atteint l'âge canonique de 40 ans, âge auquel il n'est plus conseillé de prescrire ce type de pilule vu que le risque thromboembolique augmente. Mais, m'a dit ma généraliste avec un gentil sourire pré-Covid, normalement à partir de 40 ans on n'a plus de problèmes d'acné hormonale.

Ben tiens. A moitié convaincue, j'ai fini avec une certaine angoisse ma dernière plaquette, et au bout de 2 mois, c'était reparti comme en quarante, réapparition des boutons dans le dos et sur le bas du visage. Dans mon malheur, j'ai quand même eu de la chance, parce que ça a coïncidé avec d'une part une période de célibat toujours en cours, et d'autre part le Covid = confinements, distanciation sociale, fermeture des piscines, et masque venant couvrir charitablement le bas du visage.

Comme ni ma généraliste ni mon gynéco ne semblaient avoir de solutions à me proposer, j'ai entrepris de lire tout ce que je trouvais sur le sujet, articles, sites spécialisés, mais surtout témoignages de rescapé(e)s de l'acné, en notant tout les remèdes et solutions évoqués, ce qui faisait une sacrée liste. Beaucoup de sites évoquent comme coupables potentiels les produits laitiers, ou la charcuterie, ce qui ne m'aidait pas beaucoup. Et comme cette acné est dite hormonale (on a effectivement en général une poussée de boutons en fin de cycle menstruel, due à la baisse du taux d'hormones féminines et à la hausse par conséquent des androgènes) et que la pilule contraceptive avait réglé le problème pour moi pendant des années, j'étais focalisée sur les remèdes naturels ayant une action sur les hormones, mais il s'est avéré que la réponse était ailleurs **générique de X-Files**, parce que la production d'hormones est étroitement liée à l'alimentation.

Je sens que vous en avez marre, alors je passe sur les détails de mes expérimentations et vous donne la réponse : j'ai réglé mes problèmes d'acné en supprimant (ou en réduisant drastiquement) de mon alimentation les sucres rapides, et en étant attentive à l'indice glycémique des aliments (suppression de ceux qui ont un IG élevé ou association de petites doses avec d'autres aliments qui atténuent leur effet).

Exit donc le sucre blanc ou blond et les produits qui en contiennent (fructose ok par contre, on en trouve très facilement en grande surface), sirop de glucose, sirops de céréales (riz, maïs, blé, qui sont présents dans beaucoup de produits bio, les sirops issus de sève de plantes comme le sirop d'agave ou le sirop d'érable sont ok en revanche), dates, mais aussi les glucides raffinés comme les céréales raffinées (farines blanches, pain blanc et en particulier le pain de mie, riz blanc, couscous, pâtes blanches, etc...), les fécules, les chips, les pommes de terre en purée, les biscottes, les corn-flakes, les produits ultra-transformés avec des amidons modifiés et du sirop de glucose, enfin je vous laisse regarder ça sur un tableau des IG des aliments comme ici (pdf à télécharger).

La qualité des céréales semble aussi jouer (comme d'ailleurs pour les intolérances légères au gluten). Un pain bio au levain fait avec une farine bise (= demi-complète = T80) issue de blés non hybridés ne me pose pas de problème, à condition bien sûr d'y aller avec modération et d'éviter la confiture ou la pâte à tartiner au sucre blanc.

Et la dose, comme souvent, semble faire aussi le poison. En gros, si je mange des glucides (même non raffinés) dans un repas, c'est seulement en petite quantité, et toujours accompagnés d'une grande quantité de légumes (et bien sûr d'une part de protéines). 

Et pour les desserts et tout ce qui est sucré, ben ça limite sérieusement (à part les fruits et certains fruits secs bien sûr). J'en mange peu, et je fais moi-même, en utilisant des farines complètes et demi-complètes (l'épeautre est ma préférée) et les produits sucrants mentionnés plus haut.

Parallèlement, je prends aussi quotidiennement une gélule d'Omega 3 – DHA Argalys, et 3 gélules de champignon reishi le soir pendant le repas (anti-inflammatoire et bactéricide), et pendant la deuxième moitié du cycle un comprimé de Sebactase, un complément à base de différentes plantes et de zinc (en pharmacie).

Explication très claire ici du lien entre alimentation et production d'hormones génératrices d'acné, et qui explique aussi pourquoi certaines personnes ont de l'acné hormonale et d'autres pas (spoiler : c'est génétique). 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire